gosse


gosse

gosse [ gɔs ] n.
• 1796; o. i., p.-ê. altér. de gonze
Fam. Enfant, jeune garçon ou fille. Un gosse d'une dizaine d'années. bambin, gamin, mioche, môme, moutard; région. drôle, gone, 2. minot. Un sale gosse : un enfant insupportable. C'est un grand gosse, un vrai gosse, se dit de qqn qui est resté très enfant. Adj. J'étais encore tout gosse. Quand j'étais gosse. môme.
Fam. Un beau gosse, une belle gosse : beau garçon, belle fille. Adj. Être beau gosse. « J'étais beau gosse ! J'avais des mollets, mon vieux » (Céline).
Fam. Enfant (3o), fils ou fille. Avoir des gosses. Faire un gosse à qqn. Elle vient avec son mari et ses trois gosses. Je n'avais « pas une bourgeoise sur le dos ni les gosses à élever » (Cendrars). Péj. Gosse de riche(s).

gosse nom (peut-être altération de gonze) Familier Petit garçon, petite fille : Un gosse de huit ans. Fils ou fille, par rapport aux parents : Ils ont trois gosses.gosse (expressions) nom (peut-être altération de gonze) Familier Beau gosse, belle gosse, bel homme, belle femme. ● gosse (synonymes) nom (peut-être altération de gonze) Familier Petit garçon, petite fille
Synonymes :
- môme (familier)

gosse
n. Fam.
d1./d Enfant. Sa femme et ses gosses.
d2./d Adolescent(e).
Loc. Un beau gosse, une belle gosse: un beau garçon, une belle fille.
————————
gosse
n. f. (Québec) Vulg. Testicule.
Fig. Faire qqch rien que sur une gosse, très rapidement ou très facilement.
Péjor. Patente à gosses: objet de mauvaise qualité; projet irréaliste.

⇒GOSSE, subst.
Familier
A. — Enfant.
1. Jeune enfant en général, garçon ou fille. Synon. fam. gamin, loupiot, mioche, môme (pop.). Gosses de l'école, du quartier; bon, petit, pauvre gosse; regard, bêtises de gosse(s); se faire câliner, rire, s'amuser comme un gosse. Les gosses criaient très fort, prenant part aux scènes, interpellant Guignol et ses créanciers, etc. (LARBAUD, Journal, 1934, p. 294). Je serais inquiet pour un gosse qui ne serait pas un peu insupportable (MONTHERL., Fils personne, 1943, III, 3, p. 320) :
1. D'où vient que le temps de notre petite enfance nous apparaît si doux, si rayonnant? Un gosse a des peines comme tout le monde, et il est, en somme, si désarmé contre la douleur, la maladie! L'enfance et l'extrême vieillesse devraient être les deux grandes épreuves de l'homme. Mais c'est du sentiment de sa propre impuissance que l'enfant tire humblement le principe même de sa joie...
BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1045.
Emploi adj. Un air gosse. Quant à extraire de moi des pleurs... non, je ne suis plus assez gosse pour cela (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 964). — Il n'a pas l'air de savoir ce qu'il veut. — Il est très gosse et Paris lui a un peu tourné la tête (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 35).
a) Expressions
Sale gosse. Enfant difficile, insupportable. Le sale gosse qui pousse ses petits camarades à mettre des hannetons dans le tiroir du maître et qui regarde en ricanant la réaction produite... (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 154). Un sale gosse affolé, incapable de supporter les conséquences de ses sottises (SARTRE, Morts ds âme, 1949, p. 118).
[En parlant d'un adulte] (Un) grand, (un) vrai gosse. Personne qui a gardé des réactions d'enfant, qui commet des enfantillages. Il était d'une gaieté, d'une jeunesse!... Un gamin! Oui, un vrai gosse (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 4). — Grand nigaud, dit Léonie en s'écroulant dans les bras de Pradonet. Elle lui faisait des mignardises. — Grand gosse, va (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 35).
b) Loc. Quand j'étais (tout) gosse. Quand j'étais petit, dans mon (ma tendre) enfance. Quand j'étais gosse, je regardais par le trou de la serrure mes parents s'embrasser (PROUST, Temps retr., 1922, p. 827). Quand vous étiez gosse, votre papa vous a-t-il giflé, fessé, rossé? (BOURGET, Actes suivent, 1926, p. 11) :
2. Bien la peine, quand j'étais gosse, de me farcir la cervelle de belles fadaises héroïques, comme mes parents n'ont eu garde d'y manquer! À douze ans, j'avais pour camarades de récréations les héros de Plutarque et le Bussy d'Amboise de Dumas père.
FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 18.
2. Pop. Fils, fille, enfant jeune (par rapport à la filiation). Sa femme et ses gosses, nichée de gosses; avoir des gosses (à nourrir, à élever); faire, foutre un gosse (à une femme). L'un vous parle de sa gosse malade, l'autre (...) d'un bouquin qu'il lit (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 145). « Tu es marié? » « J'ai même deux gosses. » « Tu ne t'entends pas avec ta femme? » « Moi? On s'adore » (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 218) :
3. Eh bien, Laurent, figure-toi que Severini martyrisait ses gosses. Il a divorcé trois fois. Il débauche toutes ses bonnes. Il a quatre ou cinq enfants naturels. Il est avare. Enfin, odieux.
DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 205.
Péj. Gosse de riche(s). Enfant, jeune homme privilégié par sa situation familiale. Synon. fils à papa. Un taxi! m'écriai-je d'un ton indigné. Ah, gosse de riche, j'ai eu plus chaud dans le métro... (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 87) :
4. Je suis un gosse de riche, un intellectuel, un type qui ne travaille pas de ses mains. Eh bien qu'ils pensent ce qu'ils veulent. Ils ont raison, c'est une question de peau.
SARTRE, Mains sales, 1948, p. 100.
Mes, tes, ses, etc. gosses. Les enfants dont on s'occupe maternellement. Elle gorge ses gosses de devoirs écrits, pour pouvoir, pendant qu'elles noircissent du papier, causer tranquillement avec sa chère directrice (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 153). Va, tu l'envieras plus d'une fois, la petite sœur qui le matin part contente vers ses gosses pouilleux (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1077).
B. — Adolescent(e); adulte jeune. Une gosse de quinze ans. Elle a à repasser ses examens, elle va potasser, la pauvre gosse (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 889). Une gosse de dix-huit ans qui a essayé de se suicider avec une lame de rasoir de sûreté (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 211) :
5. Lorsque je vois ce gosse de dix-sept ans, ce petit frère Blanche, avec sa bonne grosse figure, si franche, ses yeux si limpides, son rire si frais, je m'imagine quelle est l'innocence de cette âme, imprégnée jusque dans ses plus secrètes fibres de la joie de Dieu...
HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 89.
Pop. Beau, belle gosse. Beau garçon, belle fille. « Tu viens? », « Joli garçon! », « Tu veux qu'on s'amuse? », « Oh! le joli gosse. J'ai le béguin pour lui » (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 269). Du coin de l'œil il admira Yvonne. Quelle belle gosse. Et il n'avait pas l'air de la dégoûter (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 106) :
6. Ils parcouraient la foule, et elle puisait dans l'un des sacs ce qu'elle jetait aux passants, à ceux qu'elle trouvait beaux gosses, des grands paysans éberlués, ou des messieurs de sa connaissance qu'elle aguichait.
ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 164.
Emploi adj. Quand j'étais tout gosse, quinze, seize ans, je tombais faible, le matin, à la leçon de danse, parce que je ne mangeais pas assez (COLETTE, Music-hall, 1913, p. 25).
Arg. (La/ma/sa) gosse. Femme; maîtresse. [Bec-d'Amour, à sa maîtresse :] La gosse, à toi l'honneur! (MÉTÉNIER, Lutte pour amour, 1891, p. 11). Plumons-nous, la gosse (BRUANT 1901, p. 290).
REM. 1. Gossaille, subst. fém. Jeunesse, ensemble de gosses. Le réduit était tenu par de la gossaille. En secteur pour la première fois depuis cinq jours, cela se battit comme des diables (MONTHERL., Songe, 1922, p. 78). 2. Gosserie, subst. fém. État, caractère de gosse; p. méton. comportement de gosse. Synon. gaminerie. Cette gosserie lui valut [à Poirier] plusieurs histoires ennuyeuses (L. DAUDET, Dev. douleur, 1931, p. 78). Son frère, à quinze ans, avait jeté avec impatience tout ce qui lui rappelait sa gosserie, ne vivant plus que dans l'avenir (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1090). 3. Gosse, subst. fém., le plus souvent au plur., région. (Canada). Testicule. C'est un cœur d'or. Il donnerait ses gosses à un impuissant si ça pouvait lui rendre service (Y. BEAUCHEMIN, L'Enfirouapé, Montréal, La Presse, 1974, p. 57).
Prononc. et Orth. : []. Bosse, rosse, gosse, etc., [--], mais fosse, grosse, il adosse, [-o:-]. Étymol. et Hist. [1796 (?) d'apr. ESN.]; [1798 (?) d'apr. Fr. mod. t. 17, p. 221]. 1808 gousse (HAUTEL); 1846 gosse (L'Intérieur des prisons, p. 243). Orig. inc.; les rapprochements avec l'a. prov. gous, gousset, gousso (cf. MISTRAL) « sorte de chien » (ds SAINÉAN, La Création métaphorique, Le chien et le porc, p. 48), avec la famille de gausser (Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 42, p. 840), avec le suédois gosse (Richthofen, ibid., t. 67, p. 105), avec le mot gonce, gonze (ds CHAUTARD, DUPRÉ), ne sont pas convaincants, les deux premiers pour des raisons sém., le troisième en raison des difficultés d'un empr. du fr. au suédois et pour des raisons chronol. (cf. FEW t. 21, p. 448a), le dernier du fait de difficultés phonét. et sém. L'attest. de 1808 rapproche le mot de gouspin. Fréq. abs. littér. : 859. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4, b) 150; XXe s. : a) 1 229, b) 2 829. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 85 - JOURJON (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1915/16, t. 29, p. 271. - PAULI 1921, p. 47. - SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 64, 186, 191, 235; t. 2 1972 [1925], p. 29; t. 3 1972 [1930], p. 527.

gosse [gɔs] n.
ÉTYM. 1796; orig. obscure, p.-ê. altér. de gonze; on a suggéré un rapprochement, peu vraisemblable, avec le suédois gosse. P. Guiraud propose le provençal gous « chien », les acceptions « jeune chien » et « gamin » étant souvent liées. → aussi Gouspin, 1. et 2. gousse.
Familier.
1 Enfant, jeune garçon ou fille. Enfant (I.). || Un gosse d'une dizaine d'années. Drôle (régional), gamin, lardon, môme, moutard. || Un petit gosse. || Gosses qui jouent dans la rue. || Une pauvre gosse.Un sale gosse : un enfant insupportable. || Un gosse dissimulé (→ Face, cit. 51). || Pardonnez-lui, ce n'est qu'un gosse.C'est un grand gosse, un vrai gosse, se dit de qqn qui est resté très enfant. || C'est une vraie gosse. Gamine.
1 Ils sautillaient l'un derrière l'autre, en farandole, riant comme des gosses.
R. Dorgelès, les Croix de bois, I.
2 Il faut tâcher de sauver cette petite canaille (…) Et presque un gosse. Et qui jouait du couteau comme père et mère (…)
G. Duhamel, Salavin, VI, XIV.
3 Qu'avait pu devenir ce sale gosse d'Armand ? Évidemment, il avait mérité la maison de correction, mais enfin c'était son fils (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, III, II.
Adj. || Quand j'étais gosse… || J'étais encore tout gosse. Môme.
2 Adolescent, adolescente. || « Une gosse de dix-huit ans » (Malraux).Loc. Un beau gosse, une belle gosse : adolescent, adolescente, adulte encore jeune et beau. → Beau garçon, belle fille (→ Faire, cit. 174). — Adj. (rare au fém.). || Il était beau gosse.
4 J'étais beau gosse ! J'avais des mollets, mon vieux !
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 49.
5 Thérèse acheta trois sacs de confetti et les mit dans les bras d'Armand. Ils parcouraient la foule, et elle puisait dans l'un des sacs ce qu'elle jetait aux passants, à ceux qu'elle trouvait beaux gosses, des grands paysans éberlués, ou des messieurs de sa connaissance qu'elle aguichait.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XXV.
3 Enfant jeune, à l'égard de la filiation. Enfant (II.). || Avoir des gosses, faire des gosses. || Une vraie mitrailleuse à gosses. → Pondre, cit. 4. || Avoir une femme et des gosses; ma femme et ses deux gosses. || Tu emmènes les gosses ? || Les gosses du voisin.Loc. Gosse de riches.
6 Fils, neveux, nièces (…) Un beau troupeau, en vérité. Barnabé, qui redoute le bruit, marmonne : — C'est une usine à gosses, chez vous !
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, II, VIII.
7 Chemin faisant, une femme à lunettes, un peu osseuse, modérément emmerdante. Quatre gosses. Un eczéma. Et la rosette de l'Instruction publique.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XV, p. 147.
8 Un gosse. Je croyais lui donner du plaisir et je lui ai fait un gosse. Je n'ai rien compris à ce que je faisais.
Sartre, l'Âge de raison, p. 24.
9 (…) Marcelle lui avait jeté un jour, par-dessus son épaule : « Quand une femme est foutue, elle n'a qu'à se faire faire un gosse. »
Sartre, l'Âge de raison, p. 157.
REM. Le mot, dans ses emplois français, prête à sourire en français québécois, où un homonyme signifiant « testicules » est usuel.
DÉR. Gossaille, gosseline, gosserie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • gosse — gosse …   Dictionnaire des rimes

  • Gosse — Gosse, an Walzenstühlen der obere, den Zulauf des Mahlgutes bewirkende trichterförmige Teil. Er ist stets an seinem unteren Ende mit einer gerieften Walze (Speisewalze) versehen, die das Mahlgut gleichmäßig aus der Gosse den Mahlwalzen zuführt.… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Gosse — Gosse: Das auf das dt. und niederl. Sprachgebiet beschränkte Wort (mitteld. gosse, mnd. gote, mniederl. gote) ist eine Bildung zu dem unter ↑ gießen behandelten Verb. Es bezeichnete früher jede Art von Rinne, in die etwas ausgegossen wird oder in …   Das Herkunftswörterbuch

  • Gosse — (spr. goss ), 1) Nicolas Louis François, franz. Maler, geb. 2. Okt. 1787 in Paris, gest. 9. Febr. 1878 in Soncourt (Obermarne), wurde ein Schüler von François André Vincent und der École des beaux arts, wo er sich zu einem virtuosen Maler der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Gosse — Gosse, 1) bei gepflasterten Gassen die zu beiden Seiten der Fahrbahn, die Bürgersteige von dieser trennenden Vertiefungen zur Ableitung des Regen u. des aus den Häusern kommenden Wassers; 2) (Hüttenw.), so v.w. Gasse …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Gosse — Sf per. Wortschatz arch. (14. Jh.), fnhd. gossen, mndd. gote, mndl. gote Stammwort. Ursprünglich ein technisches Wort für Abzugskanal u.ä. , im Ablaut zu gießen; seit dem 18. Jh. als Abflußrinne .    Ebenso nndl. goot. ✎ Lühr (1988), 259; Röhrich …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • gosse — Gosse, Gosseur, voyez Gousse …   Thresor de la langue françoyse

  • Gosse — Cet article possède un paronyme, voir : Gauss. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Gosse est un mot familier pour un nourrisson, un enfant …   Wikipédia en Français

  • Gosse — Rinne; Abfluss; Gully (umgangssprachlich); Abzugskanal; Entwässerungsgraben; Abflusskanal; Ablasskanal * * * Gos|se [ gɔsə], die; , n: an der Bordkante einer Straße entlanglaufende Rinne, durch die das Regenwasser abfließen kann …   Universal-Lexikon

  • Gosse — Gossen, Darstellung in Lueger, Lexikon der gesamten Technik 1904 …   Deutsch Wikipedia